Gino Blandin

Vous souhaite la bienvenue !



Articles de presse

Erreur historique aux Ardilliers ?


(Cet article est paru dans la Nouvelle République, des 15 et 16 novembre 2003)


L'église des Ardilliers à Saumur recèle une erreur de date qui, à ma connaissance, n'a jamais été relevée dans aucun ouvrage.


L'église des Ardilliers est située à l'extrémité orientale du quartier du Fenêt, en bordure de Loire. Elle se distingue des autres églises de Saumur par son dôme imposant, aux dimensions proches de celui de l'hôtel des Invalides à Paris.


Pour comprendre le problème, il convient de retracer l'histoire de l'édifice. En 1589, Philippe Duplessis-Mornay, conseiller du futur roi Henry IV, est nommé gouverneur de Saumur. De confession protestante, il va s'employer à faire de la ville, pourtant majoritairement catholique, une des capitales européennes du protestantisme. Il va, entre autres, renforcer les défenses du château, créer une académie pour l'enseignement supérieur et construire un temple.


Face au rayonnement intellectuel de l'académie protestante les autorités catholiques vont réagir en employant les grands moyens. Le fer de lance de cette action sera l'implantation à Saumur de la congrégation des Oratoriens. Ceux-ci vont venir s'installer aux Ardilliers en 1614. Ils vont créer une école de théologie en vue de rivaliser avec l'académie protestante.


La révocation de l'Edit de Nantes par le roi Louis XIV mettra un terme à cette querelle. Dès lors, les Protestants sont chassés de Saumur. Quelques années plus tard, en 1696, l'église des Ardilliers est achevée. Avec son dôme bien visible dans le paysage, elle est le symbole de la victoire écrasante des catholiques.


Pour enfoncer le clou, sur la frise du premier registre de la rotonde, on écrit en latin cette inscription : " L'an 1695, par la piété du plus grand des princes, à la Vierge mère de Dieu, Louis XIV, par la grâce de Dieu roi de France et de Navarre, détruisit l'hérésie sur tout le royaume et en chassa les fauteurs par terre et par mer " .


A ma connaissance, cette inscription transcrite dans de nombreux ouvrages, n'a jamais soulevé le moindre questionnement. Pourtant, la date citée est fausse. C'est en 1685 que Louis XIV a révoqué l'édit de Nantes et non pas en 1695. Cette inscription fait indubitablement référence à l'édit de Fontainebleau, d'octobre 1685, qui révoque l'édit de Nantes.


A partir de ce constat, il est intéressant de se poser la question : qui a commis l'erreur ? Sont-ce les artistes du XVIIe siècle qui se sont trompés ? Cela paraît peu probable, ayant été les contemporains de l'événement, ils pouvaient difficilement faire la faute et les commanditaires du chantier l'auraient vue tout de suite.


Une autre hypothèse est que cette inscription n'est pas authentique.


Il faut savoir que l'église des Ardilliers a connu deux campagnes de restauration. Une première, de 1849 à 1852, sous la houlette de Joly-Leterme, grâce à une souscription publique. L'architecte a reconstruit complètement la chapelle Richelieu.


La seconde campagne de restauration fit suite aux très importants dégâts que subit l'église des Ardilliers en juin 1940, lors de l'arrivée des troupes allemandes à Saumur. Les charpentes furent incendiées et la nef s'effondra. Par miracle, la voûte demi-sphérique du dôme résista. De 1947 à 1957, d'importants travaux furent entrepris par les architectes Lotte, Vitry et Enguéhard. Ils remplacèrent la charpente en bois du dôme par une coque en béton.


Qu'en a-t-il été de notre inscription durant ces travaux ? A-t-elle été refaite ? Quelqu'un se serait-il trompé en la réécrivant ? Et qui a effacé une partie de l'inscription en 1793 ? Là où elle est perchée, il faut en vouloir ! Qui a été suffisamment choqué pour aller en effacer une partie ?


Autant de questions qui resteront peut-être à jamais sans réponse.

 


L'église des Ardilliers, cliché J-C. Choplain